Suicide d'un jeune homme de 23 ans à cause de paris sportifs vendus par un buraliste de la FDJ

La Française des Jeux a retiré l’agrément à un buraliste de l’Oise pour le motif qu’il n’aurait pas freiné à temps les dépenses d’un joueur compulsif aux paris sportifs.
PokerStars.
Betclic Poker.
Bwin Poker.
Rejoignez Tony Parker et Benjamin Pollak sur Betclic
Attention... Jouer comporte des risques: endettement - dÉpendance - isolement… Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxÉ) pour vous faire aider
PokerStars, choisissez votre cadeau !

Ce suicide n'est pas de notre faute évoque la FDJ, c'est le buraliste qui est en cause

Dans le courant de l’été, la Française des Jeux a retiré l’agrément à un buraliste de l’Oise pour la simple et bonne raison qu’il n’aurait pas freiné les dépenses d’un joueur compulsif qui a fini par se suicider du fait des importantes dettes accumulées avec des paris sportifs.

Par cette action, la FDJ fait donc clairement peser la responsabilité du suicide du joueur sur les épaules du buraliste. Un cas inédit qui fait quelque peu polémique et qui amène de nombreuses interrogations.

Depuis l’été, un buraliste de l’Oise ne peut plus proposer de tickets de grattage, de grilles de loto et autres jeux comme les paris sportifs étant donné que la FDJ a décidé de lui retirer l’agrément permettant de vendre ce type de produits.

Cette sanction prise par le monopole des jeux français est le reflet que la FDJ juge responsable son buraliste du suicide d’un jeune homme de 23 ans addict aux jeux.

En effet, quelques mois plus tôt, ce jeune homme, connu localement, jouait jusqu’à 16 000€ par semaine aux paris sportifs chez ce buraliste. Pour cela, il empruntait de l’argent à des proches voire même jouait à crédit. Criblé de dettes, le jeune homme se suicidait quelques semaines plus tard en se jetant d’un pont dans l'Oise.

Dans cette affaire, la Française des Jeux estime clairement que son buraliste aurait dû faire en sorte de dissuader le jeune homme de jouer. Pourtant, le buraliste assure avoir longuement échangé avec le jeune joueur pour que celui-ci cesse de jouer, voire diminue les sommes engagées dans ses paris sportifs. Malgré ce rappel à l’ordre, son comportement de dépendance aux jeux est resté inchangé.

Mais au-delà de l’absence d’actions réellement dissuasives, la FDJ sanctionne également son buraliste pour le non-respect de son contrat de détaillant.

En effet, le gérant du bureau de tabac aurait accepté pour le jeune homme le jeu à crédit et le jeu avec l’argent d’un tiers, deux pratiques totalement prohibées.

Pourtant, à en croire la Française des Jeux, cette dernière avait signalé au buraliste des sommes anormalement élevées afin de se prémunir contre le risque d’addiction et jamais le buraliste n’aurait évoqué faire face, dans son village, à un joueur compulsif.

On comprend donc clairement dans cette situation quelque peu confuse que la Française des Jeux a décidé de responsabiliser son buraliste plutôt que de s’interroger sur la nature addictive des jeux qu’elle propose.

Face à cette affaire, le buraliste a décidé de contre-attaquer estimant que le retrait de l’agrément s’apparente à une rupture abusive de contrat.

Pour son avocat, ce retrait anticipé est surtout l’occasion pour la FDJ de se dédouaner de la mort du jeune homme. Il va même plus loin en affirmant « Si ce jeune homme ne s'était pas suicidé, la FDJ n'aurait pas retiré les jeux au buraliste. Tant que l'argent rentrait, la FDJ n'y voyait aucun mal »...

Difficile donc à voir le vrai du faux dans cette affaire. Néanmoins, ce cas amène à des interrogations quant à la responsabilité réelle des buralistes vis à vis de l’addiction aux jeux.

De même, ceux-ci sont-ils suffisamment formés pour prévenir efficacement toute addiction aux jeux ? Au final, n’est-ce pas un peu simple pour la FDJ de faire peser toute la responsabilité sur les buralistes ? C’est à toutes ces questions que l’audience prévue le 22 Novembre devra tenter de répondre...

Vos réactions sur cet article concernant le suicide d'un jeune homme à cause de son addiction aux paris sportifs :

sandrine-bar_@

Bonjour

et les joueurs de rapido, y'en a eu aussi des suicides avec ce jeu et personne en parle... ça me dégoûte.

sgoczkowsk_@

D'après la loi française, le suivi psychologique d'une personne ne peut s'effectuer qu'avec son consentement. En conséquence, si malgré les nombreux avertissements du buraliste, le jeune homme n'a pas suivi de thérapie, il a fait un choix.

Le suicide lui appartient. Par contre, la FDJ qui empoche un maximum d'argent en inventant de plus en plus de nouveaux jeux, ne peut se dédouaner totalement des addictions que cela engendre.

Quant au buraliste, il ne peut que prévenir, mais non guérir. En conséquence, la totale responsabilité revient au jeune homme, la responsabilité partielle à la FDJ et aux gens qui prêtaient de l'argent à ce jeune homme.

guyroynea_@

Bien sur que La FDJ ne se dira pas fautive de l'addiction et de la mort de ce jeune homme. Il faut un coupable, alors le Buraliste est le mieux placé. Qui a tort ? Qui a raison ?, c'est tout le problème concernant l'addiction sous toutes ces formes.

Mais il est clair que la Française des Jeux n'avouera pas qu'elle est directement impliqué dans cette mort, car c'est bien elle qui lance ces jeux avec des pubs mirobolantes qui vous font croire à des gains astronomiques, et bien sur comme la vie actuelle est trés difficile financièrement, les plus désoeuvrés en payent les conséquences pour atteindre ce si joli rêve "inexistant" ...

claire9_@

J'aurai tendance à dire que FDJ a la plus grande responsabilité dans cette triste affaire. Viennent ensuite le buraliste et le joueur compulsif bien qu'il soit plus là...

FDJ aurait dû se montrer plus clair et plus ferme envers le buraliste en lui signifiant ce qu'il encourait. Le buraliste sachant exactement les sanctions qu'il aurait pu avoir, aurait été à son tour plus ferme avec son client quitte à ce qu'il aille jouer ailleurs.

Ce qui ne resoud pas le problème de dépendance. Je pense qu'il faut revoir les termes des contats entre les parties et trouver le moyen d'interdir le jeu quand il commence à devenir compulsif. Suivre les mises en jeu ! Pas si simple !

noemiela_@

Je trouve dommage bien sûr le suicide de cette personne, maintenant responsabiliser le buraliste me parait abérrant. Cette personne aurait dû se faire aider suite à sa dépendance aux jeux, voilà tout. C'est mon avis en tout cas.

borov17_@

C'est une histoire touchante dont le problème principal est l'addiction aux jeux. J'ai vu votre vidéo, le buraliste n'a pas l'air d'être un débutant...

Comme vous le dîtes souvent, la fdj fait trop de publicités à la télévision, malgré ses engagements de lutter contre la dépendance. N'est-ce pas paradoxal comme situation ? Il faut que la publicité des sites de jeux soient encadrés pour la publicité afin de ne pas accroître les joueurs dans ce cercle vicieux qu'est l'addiction.

Une question se pose toutefois: pour jouer 10 à 30.000 euros par jour, d'où vient la provenance de cet argent ? Sous-jacent se pose donc aussi, avec l'addiction, la question du blanchiment d'argent, dont la FDJ et le pmu ont bien profité pendant des dizaines d'années...

laidounimoham_@

Cette histoire effrayante, à fait l'objet du passage du père de cette enfant dans l'émission de Thierry Ardisson "salut les terriens" sur Canal plus.

En effet il a expliqué avec tristesse, vous l'imaginé, que le buraliste en question faisait crédit à ce joueur contre des chèques de caution, le premier pris à l'inssu de son père et le deuxième demandé a un ami qui n'aurai jamais du être encaissé, le joueurs se voyant dans une impasse a été retrouvé mort avec plus de 16000 euros de ticket a gratter dans sa voiture, et c'est pour le fait d'avoir fait du jeux à crédit que le buraliste risque sont agrément.

Il serait trop long de vous expliquer l'escalade du joueur mais il faut savoir qu'un buraliste quand il vous connais bien ,ça peut partir dans toutes les dérives au détriment du joueur, évidemement il faut comprende le buraliste qui avec les trop petites commisons sur vente n'as presque pas le choix que de vendre.

dupretz.frederi_@

c'est honteux, le buraliste n'est pas un psychologue ni policier même si il aurait dû refuser la vente de ses billets à cet homme, c'est aussi un revenu pour essayer de faire vivre sa famille. La française des jeux est responsable car elle fait croire que l'ont peut gagner de grosse somme à en perdre la tête...

filmibido_@

Cela est vraiment scandaleux que le buraliste soit tenu pour responsable de ce triste événement. Je suis moi mème joueur compulsif, actuellement suivi pour m'en sortir.

Je dépense en moyenne 1000 EUROS par mois. J'en veut souvent a la FDJ, après une après-midi passée dans un PMU, mais pas au buraliste.

Quand je suis dans cette folie dépensière, je ne laisse rien paraitre, je suis dans mon monde, et toujours de manière agréable, j'achète, j'achète...encore et encore.

Le lien qui se crée avec le buraliste est amical, bien que superficiel. Je n'en veut jamais au buraliste, il fait son métier. J'en veut énormément à la FDJ qui vend cette drogue, sans avoir à se cacher ni craindre quoi que ce soit.

CyberiaAulna_@

Le buraliste est le premier fautif, c'est dans son magasin que les jeux se vendent. Devant les sommes énormes jouées, il aurait dû consulter la FDJ sur ce cas particulier, mais il s'en est bien gardé, sachant que ses pratiques financières en violation de son partenariat aurait été sanctionnées. R.I.P.

sylvainshop_@

Vraiment désolé pour ce jeune homme. on vit dan s un monde où l'on nous vend que du jeu pour nous faire rêver et estomper notre misère sociale.

ce que j'aime bien avec votre site, comparablement aux autres, c'est que vous informez toujours les joueurs des dangers de l'addiction. Les sites soit disant agréés ont très peu de pages pour l'addiction aux jeux par rapport à vous. merci

Essayez gratuitement Bwin Poker sur mobile et tablette !
PokerStars.
Betclic Poker.
Bwin Poker.
PMU Poker.
BetClic Poker.
PokerStars.